Pure Arabian /

LA GRANDE INTERVIEW – THÉO BACHELOT : « J’AI LA CHANCE DE MONTER POUR L’UNE DES MEILLEURES CASAQUES »

Deuxième au classement des jockeys au Qatar en nombre de victoires avec un excellent pourcentage de réussite, le Français Théo Bachelot fait parler de lui cet hiver dans la péninsule arabique pour l’écurie Al Shahania. The French Purebred Arabian. – Comment êtes-vous arrivé à Doha ? Théo Bachelot. – Au départ, c’est Bruno Barbereau, l’agent de Cristian Demuro, qui avait des contacts avec Al Shahania. Cristian étant au Japon tout le mois de décembre, il m’a introduit auprès de la direction d’Al Shahania. Mon agent a ensuite pris le relais afin de proposer un contrat de trois mois. Était-ce la première fois que veniez au Qatar ? Oui, c’est même la première fois que je quittais tout simplement la France. Quelle est votre impression sur les courses qataries ? Elles sont de très bonne qualité et j’ai la chance de monter pour l’une des meilleures casaques du pays, qui fait aussi beaucoup parler d’elle en France. Je monte donc des chevaux avec un énorme potentiel. Les parcours sont plutôt agréables et la piste assez rapide. Il faut s’adapter à un champ de course moins grand qu’à Paris mais je m’y fais bien et j’ai la chance de monter les meilleurs arabes au monde. C’est une qualité de chevaux qui me fait participer à de belles épreuves, ce qui est vraiment très enrichissant pour moi. Comme j’ai été formé en province sur des petits champs de course, je n’ai pas eu de mal à m'adapter à la taille des hippodromes. La piste fait facilement 1 800 mètres, la ligne droite fait 350 ou 400 mètres maximum lorsqu’elle est décordée. Ces parcours amènent beaucoup de rythme et il ne faut jamais être très loin de la tête. Avez-vous monté sur les deux pistes : en sable et en gazon ? Oui, mais on est plus habitué à monter sur le gazon et c’est plus agréable. Sur la piste en sable, la sélection se fait assez rapidement. Les chevaux moyens subissent le train de la course et les arrivées sont écrites à mi-tournant final. En plus, elle est un peu plus rapide que la piste en gazon car plus courte. Il faut donc prendre une bonne place en partant sans mettre le cheval dans le rouge. C’est assez tactique. Comment se passe la collaboration avec Julian Smart, l’entraîneur d’Al Shahania ? ...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi