Courses /

Dix questions à l’international en 2018

Dix questions à l’international en 2018 Nous poursuivons notre série avec les dix sujets qui devraient faire l’actualité de la planète hippique. De l’éventuelle venue de Winx en Europe aux performances des chevaux élevés en France à Cheltenham, en passant par les premiers yearlings d’American Pharoah… Voici notre tour du monde hippique.   Méga-courses… Que fait la vieille Europe ? C’était une révolution dans le monde des courses : la création de la Pegasus World Cup, disputée fin janvier 2017 à Gulfstream Park. L’Australie a emboîté le pas des États-Unis dans la foulée, lançant son Everest pour les sprinters. Dans les deux cas, les places au départ sont vendues à l’avance et il ne s’agit pas d’un engagement : vous pouvez acheter une place sans avoir un cheval pour la course et la revendre. Les allocations sont colossales : 10 millions de dollars australiens (environ 6,5 millions d’euros) et 12 millions de dollars américains (environ 9,9 millions d’euros). Et l’Europe dans tout cela ? Elle n’a encore rien fait. Il y a pourtant les conditions et les propriétaires/éleveurs capables de soutenir un tel projet dans notre bonne vieille Europe ! On trouve en France, en Angleterre et en Irlande des sponsors communs qui ont les capacités pour accompagner un tel projet. Certains diront que le programme est déjà compliqué, calé, et qu’il est difficile de lancer une telle course sans mettre en péril des épreuves historiques. Dans ce cas, pourquoi ne pas prendre une de ces courses, pour 3ans et plus, ou même 4ans et plus, si on préfère la placer au premier semestre : le Prix de l’Arc de Triomphe peut devenir une méga-course. Les Champion Stakes aussi. Le Prix d’Ispahan de même… Tout comme la Coronation Cup ! On peut même pousser le raisonnement plus loin en disant qu’une méga-course européenne peut l’être jusqu’au bout, en devenant délocalisable : une année en France, une année en Angleterre, une année en Irlande… Le sport hippique traverse une période difficile sur le Vieux Continent et une méga-course pourrait contribuer à la création d’une nouvelle Europe hippique. Il serait temps.   The Everest, c’est aussi une campagne de communication originale https://youtu.be/VRNjEpOvXr4   Winx, enfin en Europe et en France ? Mercredi 10 janvier, la championne australienne Winx (Street Cry) a fait son retour dans les boxes de Chris Waller. Son programme n’a pas encore été annoncé et il est attendu avec une impatience. Winx aurait pu venir en Europe en 2017, mais son entourage a fait le choix de la pré...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi