Institution / Ventes /

La baisse annoncée des allocations: fatalité ou opportunité ?

La baisse annoncée des allocations: fatalité ou opportunité ?   Par François Corda, membre du Conseil d’administration de l’Association des propriétaires Île-de-France, Nord et Haute-Normandie La Fédération des éleveurs, sous l’impulsion de son président Loïc Malivet, a rassemblé le 23 août les principaux décideurs du Galop. Le président Édouard de Rothschild et son directeur général Olivier Delloye ont confirmé que la baisse des encouragements était envisagée pour 2018. Elle aura pour conséquence une réduction des allocations des propriétaires et des primes des éleveurs, avec une répercussion immédiate sur les entraîneurs, les jockeys et le personnel des écuries. Les effectifs de chevaux seront revus à la baisse et ce sera le deuxième grand coup de semonce après la hausse de la TVA qui avait déjà entraîné une baisse de 4 % du nombre des chevaux à l’entraînement. Les brillants résultats des ventes de yearlings d’août d’Arqana en 2017 masquent les inquiétudes légitimes de centaines de petits propriétaires et de petits éleveurs. L’élite des propriétaires, présente sur tous les hippodromes mondiaux, vient rechercher aux ventes de prestige d’août les yearlings qui pourraient faire une carrière internationale. La baisse des allocations en France n’aura pas les mêmes répercussions pour les grands propriétaires, car ils visent en priorité la réussite dans les grandes épreuves qui valorisera leurs chevaux et leurs poulinières. En France, nous avons la cha...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi