Institution / Ventes /

Baisse des allocations ; un pas vers la disparition ?

Par Patrick Klein, propriétaire-éleveur « Face à la dégradation du chiffre d’affaires des paris hippiques, les dirigeants de France Galop ont voté durant le dernier Conseil d’administration un plan d’économie reposant sur une baisse des encouragements. Dominique de Bellaigue, président de LeTrot, a le même jour exprimé son refus envers toute baisse d’allocations dans sa discipline, arguant que cela mettrait la filière, et en particulier les propriétaires et les éleveurs, en péril. Le taux de couverture pour les propriétaires de trot est d’au moins dix points supérieur à celui du galop, cela signifie qu’au galop, le péril serait encore plus réel. Au galop, il existe quatre populations différentes de propriétaires. Leur seul point commun est la passion des chevaux et des courses. Première population : les petits propriétaires/éleveurs qui, par passion ou tradition familiale, engagent des sommes souvent au-delà de leurs moyens pour entretenir un ou deux chevaux à l’entraînement, voire une poulinière. Cette population serait immédiatement asphyxiée par ce plan. Ces propriétaires/éleveurs étant souvent propriétaires de chevaux d’âge, une diminution des nominaux, primes propriétaires ou éleveurs les condamneraient immédiatement. Deuxième population : les petits ou moyens propriétaires/éleveurs. Je me situe dans ce groupe, qui essaie de gérer sa pa...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi