Courses /

Stéphane Pasquier : jockey… entre autres !

Par Adeline Gombaud Lundi matin, en terrasse d’un petit café de Gouvieux. Ici, Stéphane Pasquier, c’est avant tout le père de William. Des parents d’élèves de l’école du garçonnet s’arrêtent : « Les petits n’ont pas gagné face à Marseille mais ils ont bien joué et ils étaient ravis. Et toi, alors, comment s’est passé ton dimanche ? » Stéphane Pasquier nous explique : « Ici, tout le monde adore William ! Donc je suis d’abord le père de William avant d’être jockey. Son école de football était en déplacement à Marseille ce week-end pour un tournoi de jeunes… » Mais pour la journaliste hippique que je suis, Stéphane Pasquier, c’est surtout le lauréat du Prix de Diane Longines. Senga XX (Blame), une pouliche en laquelle il a toujours cru, lui a offert un premier succès dans ce classique… « Quand je me suis réveillé ce matin, j’ai demandé à Olivia [son épouse, ndlr] quel jour on était. Quand elle m’a répondu lundi, j’étais soulagé ! C’était normal que le réveil n’ait pas sonné, et ce Diane n’était pas qu’un rêve ! » Déjà, dans le Boussac… Il doit s’interrompre. Plusieurs personnes viennent le féliciter. Il se lève pour serrer les mains. On retourne à la course : « Quand on gagne, c’est facile de dire que tout s’est passé comme prévu ! J’avai...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi