Actus /

Baisse des encouragements, ne nous trompons pas de cible !

TRIBUNE LIBRE   Baisse des encouragements, ne nous trompons pas de cible ! Par l’Association des Entraîneurs-Propriétaires « Selon nos dirigeants, la situation financière de France Galop, dont la trésorerie sera proche de zéro dès mi-2018, impose de fortes économies. Une des pistes proposées par le Conseil d’Administration serait une baisse des allocations d’environ 25 M€. Rappelons que durant les années de forte croissance, France Galop, sous la présidence d’Édouard de Rothschild, a créé une “Réserve pour régulation des encouragements à l’élevage” dont le montant s’élevait fin 2015 à 46,6 M€. L’objet de cette réserve est décrit à la page 79 du rapport d’activité 2015 : « La réserve pour régulation des encouragements à l’élevage vise à doter France Galop des ressources nécessaires pour assurer, quel que soit le niveau du résultat, une permanence dans les montants versés au titre des encouragements à l’élevage. » La logique voudrait que cette réserve soit utilisée pour maintenir au niveau actuel les encouragements distribués. C’est ce qui avait été dit, suite aux inquiétudes liées à l’investissement du Nouveau Longchamp par tous les responsables passés et actuels de France Galop lors des différents Comités et Conseils du Plat et de l’Obstacle. Or il semblerait maintenant que le coût du Nouveau Longchamp impose d’utiliser cette réserve pour pouvoir régler la facture, faute de quoi les travaux risqueraient de s’interrompre de facto. Nous avons toujours soutenu, à juste raison, que la période n’était pas la bonne pour se lancer dans un investissement aussi important, la totalité du financement n’étant pas assurée. Alors, autant le dire tout net, les propriétaires, éleveurs, entraîneurs et jockeys ne doivent pas avoir à payer les erreurs de gestion des équipes aux commandes de France Galop jusqu’à ce jour. C’est pourquoi nous sommes, par principe, opposés à une baisse des allocations. Les acteurs des courses ne peuvent pas être les victimes des erreurs de gestion des différentes équipes de France Galop. Ceci dit, nous sommes conscients qu’il n’est pas possible d’arrêter les travaux du « Nouveau Longchamp », c’est donc dans un état d’esprit constructif que nous pourrions accepter une baisse des encouragements qui permette de passer ce cap difficile dans une proportion raisonnable par rapport aux économies que France Galop s’engagerait à faire parallèlement sur ses frais de gestion. Pour ce faire, il convient de rappeler que, durant la période 1996-2016, seules les courses de Groupes et les Listeds, en plat comme en obstacle, ont bénéficié d’une augmentation de leurs allocations très nettement supérieure à l’inflation. Une baisse des encouragements ne pourrait donc s’accepter qu’aux conditions suivantes : - la mise en place au préalable d’un plan drastique d’économies de gestion de France Galop, le coût actuel du Galop (budget 2017) est de 136 M€, il ne saurait être accepté un plan inférieur à 10 % d’économies sur 2 ans, soit 13,6 M€ ; - la mise en place au préalable d’un plan de réduction des charges de fonctionnement du PMU (606,9 M€ budget 2017) d’au moins 5 % sur 2 ans également, soit 15,1 M€ (50 % part du Galop) ; - si cette baisse des encouragements n’affecte pas les catégories générant la recette, qui non seulement autofinancent largement leurs allocations, mais participent au financement des courses les mieux dotées ; - si elle n’affecte que les catégories ayant bénéficié de la plus grande augmentation d’allocations entre 1996 et 2016 ; - ...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi