Élevage /

À LA CONFÉRENCE MONDIALE DES ÉLEVEURS – Les tests génétiques ? Non merci !

Le congrès de l’I.T.B.F., l’Association internationale des éleveurs, s’est déroulé ce week-end au Cap. Les élus ont exprimé leur opposition au speed gene testing c’est-à-dire aux tests génétiques pour prédire les attitudes (vitesse, précocité et tenue) et même la classe des chevaux. La position prise par l'Eftba (les éleveurs européens) – avec 50 voix sur 60 – est la suivante : « L’Association ne voit pas l’intérêt immédiat d’un usage à grande échelle des speed gene testing. » Les cinquante délégués se sont également accordés sur le fait que « ces tests peuvent affecter l’organisation des courses, les habitudes et le système d’évaluation des reproducteurs. » L’I.T.B.F. porte en revanche un regard plus positif sur d’autres possibilités offertes par cette technologie, comme la détection des prédispositions aux maladies. L’histoire de Galileo Gold. Plusieurs sociétés ont développé des systèmes d’évaluation génétique, capables de déterminer – en analysant une base de 670.000 marqueurs génétiques – le portrait d’un cheval, sa classe, sa période de maturité et sur quelles distances il pourrait être le meilleur. En 2016, des doutes sur la tenue du gag...

J'ACHÈTE L'ARTICLE / JE M'ABONNE JE SUIS ABONNÉ / JE ME CONNECTE

Vous aimerez aussi

Dimanche 28 Mai 2017;Chantilly;Ambiance;SCOOPDYGA - MARTINI Jean-philippe
Courses /

Chantilly honore le Japon

Le Japon était à l’honneur sur l’hippodrome de Chantilly ce dimanche, à l’occasion de l’événement « En selle avec le Japon ». Des dégustations de spécialités culinaires … Lire la suite